30 septembre 2012

Vigne : rechercher des solutions alternatives aux phytosanitaires - Thouarcé

Le domaine des Grandes-Vignes ouvrait ses portes - enfin ses vignes - ce mercredi pour présenter, de visu, des alternatives aux phytosanitaires. Pilotée par l'ATV 49, association technique viticole (gérée par un conseil d'administration paritaire de viticulteurs désignés par la fédération viticole de l'Anjou et la chambre d'agriculture), cette journée s'inscrit dans le dispositif Delphy

« Dephy, a expliqué Guillaume Gastaldi, conseiller en protection phytosanitaire, signifie Démonstration, expérimentation et Production de références sur les systèmes économes en produits phytosanitaires. Dans ce cadre, les Grandes-Vignes fait partie d'un réseau de 12 exploitations viticoles dans l'anjou-saumur, engagées dans cette démarche. Dephy s'inscrit lui-même dans le plan ecophyto 2018 issu du Grenelle de l'environnement. Aujourd'hui, c'est l'axe 3 qui est l'objet de cette porte ouverte, à savoir innover et rechercher des solutions alternatives aux phytosanitaires. »

Après avoir rapidement expliqué le cheminement du domaine, qui est passé progressivement en viticulture bio, puis en biodynamie, Jean-François Vaillant a exposé leur façon de travailler la vigne sous trois axes : la création d'un microclimat défavorable à la maladie par ébourgeonnage, effeuillage, limitation des rognages, et cette année, essai d'enroulement des pointes comme pratiqué dans certains vignobles de Bourgogne.

Le deuxième axe présenté est celui du travail des sols, avec notamment l'utilisation de disques chausseurs, ou encore l'enherbement d'interrang pour favoriser une faune auxiliaire « grâce à quoi, nous n'avons, par exemple, quasiment pas d'araignée rouge », explique Jean-François Vaillant.

Enfin un dernier axe, celui de la protection de la vigne avec un dosage extrêmement réduit de cuivre et souffre (bouillie sulfo-calcique) et une utilisation de répulsifs naturels à base de prêle, d'absinthe, et autres plantes ou huiles essentielles. « Travailler ainsi suppose énormément d'observation de nos vignes. Et on sait et on peut expliquer ce qu'il y a, ou plutôt ce qu'il n'y a pas dans nos vins. Pour rien au monde on ne reviendrait en arrière.

L'alternative aux phytos est aussi une question de santé publique », dira Jean-François Vaillant en conclusion.

Une autre visite est prévue le jeudi 26 à Chaintres. Son objet : la réduction de l'utilisation des produits phytosanitaires.

Renseignements : guillaume.gastaldi@maine-et-loire.chambagri.fr

http://www.ouest-france.fr

Voir: http://www.vinbio.com/article.php?sid=504&mode=thread&order=0&thold=0

Patrick Barbieri
PB VEILLE CONSULTING
L'information au service de l'entreprise

http://www.pb-veille-consulting.com

Posté par Patrick007 à 15:59 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,


Commentaires sur Vigne : rechercher des solutions alternatives aux phytosanitaires - Thouarcé

Nouveau commentaire